l’axe « stage de survie »

Les stages de survie sont des immersions en milieu naturel pendant 2 ou 3 jours, avec un équipement et chargement plus ou moins minimaliste. Ils sont trois intérêts principaux pour les Kolapsonautes :

  • Tout d’abord, ils nous permettent de nous reconnecter physiquement avec la nature
  • Ensuite, au-delà de développer nos compétences en milieu naturel, ils nous permettent aussi de tester nos capacités de résistance dans un cadre plus rude que nos environnements habituels
  • Enfin, ils permettent de mettre à l’épreuve nos capacités de cohésion.

 

Reconnexion physique avec la nature

Ces stages constituent un moment de lien charnel avec notre environnement :

  • apprendre à évoluer en milieu naturel, à s’orienter, à choisir un lieu de campements en tenant compte des éléments.
  • eau et feu sont au coeur de la vie, mais nous l’avons oublié dans nos vie modernes  ; dans le cadre des stages de survie, un focus particulier est porté sur ces deux éléments.
  • les plantes peuvent nous nourrir ou être nocives pour nous, nous l’apprenons aussi ici.

 

Compétences – Résistances

  • Construction d’abris, de fumoir, préparation d’un paquetage …
  • Réapprendre à baisser son niveau de confort, en se préparant à affronter la pluie ou le froid par exemple, mais aussi des nuits plus courtes avec un estomac moins rempli qu’à l’accoutumée.
  • Au-delà des aspects physiques, ce sont surtout nos aptitudes mentales qui sont forgées par cet exercice.

 

Cohésion

  • Notre vrai nature personnelle se dévoile dans le cadre de ses moments forts et intenses, et notamment notre rapport au groupe.
  • Prise d’initiative dans le respect des consignes, équilibre entre réflexions et actions collectives …

 

Selon certains scénarios d’Effondrement (pénuries ou danger dans nos zones de vie habituelles), il est vraisemblable qu’il y ait nécessité à se déplacer plusieurs jours d’affilé avec un simple sac à dos. Aussi, ces stages nous préparent pleinement à ces situations via un formation accélérée, qui reste toutefois à approfondir . De nombreuses populations vivent déjà cela à l’échelle planétaire dans le cadre de conflits ou d’événements climatiques hors normes.

 

Sur les réseaux

Les commentaires sont clos.